SAINTE GERTRUDE - L'AMOUR DU CHRIST

06/09/2020

GERTRUDE D’HELFTA [1]
LE HÉRAUT DE L’AMOUR DIVIN

Fais de ta vie un encensoir d’amour

“Le héraut de l’Amour divin” comprend cinq livres. Tous ces écrits ont été vérifiés par des théologiens de renom, Frères Prêcheurs ou Mineurs, du vivant de Gertrude. Rapidement recopiés et traduits, ils franchirent heureusement les portes du monastère d’Helfta, pillé et incendié à plusieurs reprises, partiellement en 1343 et définitivement en 1525.  

Le message de Gertrude restera caché pendant deux cent cinquante ans. Ce n’est qu’en 1536 que les Chartreux de Cologne publieront une première édition dont l’influence fut considérable.

En se révélant à Sainte Gertrude, c’était la première fois que Jésus révélait aux hommes tout l’Amour de son Sacré Coeur. Cette révélation fut progressive. Gertrude trouva d’abord, dans un livre, une petite prière: ”Seigneur Jésus-Christ, Fils du Dieu vivant, donnez-moi d’aspirer vers Vous de tout mon coeur, d’un désir total et d’une âme altérée... Seigneur d’infinie miséricorde, inscrivez de votre sang précieux vos blessures en mon coeur pour qu’elles m’y fassent lire à la fois votre souffrance et votre Amour... pour que ne s’y éteigne point la fièvre de l’amour. Donnez-moi de n’attacher de prix à aucune créature et de ne trouver de douceur qu’en Vous seul.” 

Les premières révélations

Pour commencer, Jésus révéla à Gertrude “combien son Coeur immaculé de Médiateur est inséparablement uni à celui de sa Mère, médiatrice elle aussi.” (livre II)

Gertrude reçut ensuite de nombreuses grâces jusqu’au jour où, malade  et venant de recevoir l’Eucharistie, “son âme, réchauffée par la Présence réelle devint semblable à une cire appliquée sur la poitrine du Christ. Elle y pénétra et reçut l’empreinte du sceau trinitaire, Feu d’Amour,... Feu Glorieux qui triomphera de sa volonté propre, Feu transformant ses scories en or pur et précieux, Puissante Fournaise.”  C’est alors que se produisit une réalité mystérieuse, expérimentée seulement par quelques rares mystiques : l’échange des coeurs. Gertrude parle “du Coeur déifié de Jésus, livré généreusement ou même, -signe plus précieux encore, de mutuelle intimité,- échangé contre le sien.”

Jésus fit découvrir à Gertrude la prodigieuse grâce de suppléance exercée par le Christ, Amant de l’univers. Un jour que Gertrude priait, regrettant sa totale infidélité, et le gaspillage de tant de grâces reçues, Jésus lui dit: “Tout ce que tu as négligé de faire, Je l’ai fait pour toi, et, à chaque heure, J’ai recueilli dans mon Coeur tout ce que tu aurais dû former dans le tien, et le cumul en a tellement dilaté mon Coeur, que, d’un grand désir, J’attendais ce moment où me viendrait de toi cette prière; car alors, Je peux enfin offrir à Dieu mon Père tout ce que J’ai fait pour toi pendant la journée. Sans cette prière en effet, rien de tout cela ne pouvait servir à ton salut.”  Plus loin, Gertrude ajoute: “Au moment précis où l’homme revient, le coeur brisé, Jésus peut offrir au Père ce qu’Il a, tout le jour, opéré pour nous. Il supplée à nos manquements.”

 

 

Share on Facebook
Share on Twitter
Please reload

Posts Récents

11/19/2020

11/18/2020

Please reload

Archives
Please reload

  • Facebook Social Icon